LES TÉMOINS DE LA LÉGENDE

Entretien entre Jean LECHANTRE et André MONDIN (Webmaster) - février 2003.

Le webmaster (A.M) : Jean Lechantre pouvez-vous nous parler de votre transfert au CORT ?

Jean Lechantre : À la fin de la saison 1951-52, j'avais 30 ans et les dirigeants du LOSC voulaient faire peau neuve, je fus donc mis sur la liste des transferts pour la somme de 3 millions de l'époque. Le Red Star qui repartait en 2ème division m'offrait la place de capitaine en prenant également 3 joueurs réservistes du LOSC. L'arrangement entre dirigeants était conclu et il fallait donc m'exécuter. De mon côté je ne me sentais pas du tout dévalué au point de jouer en 2ème division. Je refusais le transfert en signifiant fermement à Monsieur HENNO président du LOSC que je ne partirai pas plus loin qu'à Roubaix où j'avais de bonnes relations avec Julien Darui l'entraîneur joueur. J'avais fait mes premières classes avec lui en professionnel à Lille à l'OICL puis au LOSC dès sa création. Il fallait donc que les deux clubs voisins se mettent d'accord pour officialiser mon transfert. Cela fut difficile mais mon poste d'ailier gauche, rare à l'époque, incita Jean Muttin, président du CORT, à me recruter moyennant 10 % de mon transfert à mon profit.

A.M : Étiez-vous satisfait de ce transfert ?

J.L : J'étais ravi de signer au CORT où j'avais de nombreux amis déjà connus en équipe de France : Darui en A, Gianessi, Delepaut, Boury en B. Monsieur Desrousseaux directeur sportif du club avec qui j'avais passé l'examen d'entraîneur appréciait ma mentalité.

A.M : Vous arriviez d'une équipe prestigieuse , le LOSC, quel regard portez-vous sur le CORT dont les heures de gloire étaient passées ?

J.L : Le CORT au contraire du LOSC ne gardait pas ses bons joueurs et aimait vivre de ses transferts ce qui faisait toujours débuter les saisons avec de nombreux jeunes peu expérimentés pour la 1ère division. Ceci ne favorisait pas de bons départs et la lutte pour le maintien était vite envisagée. Néanmoins ces jeunes étaient bien encadrés par quelques éléments majeurs basés sur une solide défense : Darui (Antonov gardien remplaçant), Gianessi, Kopania, Delepaut, Colliot, Vandevelde, Dereuddre, Boury, Frutoso....

A.M : Quels souvenirs gardez-vous de votre passage au CORT ?

J.L : Pendant cette période nous avons lutté pour nous maintenir en 1ère division mais nous chutâmes en 1955. Je conserve de bons souvenirs du CORT où l'ambiance était bonne malgré les résultats moyens. Le moral était entretenu par des joueurs modestes avec l'accent Roubaisien qui nous firent battre par deux fois 2-1 le grand Reims de Kopa. Je ne figurais plus au palmarès des buteurs avec 4 ou 5 réalisations au lieu des 12 à 15 au LOSC sur une saison. Plusieurs blessures (claquage, entorses) vinrent contrarier mes figurations saisonnières et nuisirent à ma forme. En 1955 je partais pour l'AC Cambrai où à 33 ans je fis mes débuts d'entraîneur joueur et ce pendant quatre ans. Je revins ensuite entraîner le CORT pour la saison 1959-60.

RETOUR A TÉMOIGNAGES